Que comporte un diagnostic organisationnel ?

,

Le diagnostic organisationnel est un exercice qui vise à établir la situation actuelle des systèmes de management en place dans l’organisme pour ensuite la comparée aux exigences spécifiques d’un système de management anti-corruption, tel que requis en vertu de la norme ISO 37001.

Cette étape est probablement la plus importante dans le processus décisionnel menant à l’implantation d’un système de management anti-corruption.

L’envergure et la durée de l’exercice de diagnostic varient entre autres en fonction de la complexité de l’organisme, de son étendue géographique et de sa structure de gouvernance.

Le diagnostic comprend plusieurs phases notamment, la revue documentaire, des entrevues avec les personnes-clés de l’organisme, les observations sur le terrain, la consultation des parties intéressées et la rédaction du rapport diagnostic.

La conclusion du diagnostic organisationnel devrait permettre à la gouvernance de l’organisme d’établir les écarts entre les systèmes de management en place et les exigences du système de management anti-corruption, la nature et l’ampleur de l’effort à faire pour combler les écarts et l’étendue de son périmètre d’application. De plus, un échéancier réaliste peut également être proposé pour l’implantation du système de management.

Il s’agit d’une étape très importante du processus d’implantation de la norme ISO 37001. Si le diagnostic n’est pas rigoureux et complet, la gouvernance de l’organisme s’expose à des difficultés imprévues dans le processus d’implantation, lesquelles peuvent engendrer des coûts et des délais importants.

C’est pour ces raisons que le diagnostic doit être réalisé par des professionnels dûment certifiés.

Une fois cette étape de diagnostic complétée, si elle a été faite avec rigueur, nous recommandons que des employés de l’organisme soient formés pour procéder à l’implantation du système de management anti-corruption avec un accompagnement ponctuel de consultants certifiés.

Cette approche permet d’implanter le système de management selon le rythme prévu, à un coût acceptable, tout en respectant la réalité de l’organisme et en favorisant le développement et le maintien d’une expertise interne en matière d’anti-corruption.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *