Votre organisation se dirige-t-elle vers un scandale éthique ?

, , , ,

En décembre dernier, Alison Taylor, directrice des services-conseils chez BSR et chargée de cours à la « Fordham Law School » publiait un article fort intéressant sur les signes avant-coureurs présents dans des organismes ayant vécu des scandales éthiques.

Elle arrivait à la conclusion que « bien que la corruption, la fraude et d’autres scandales d’intégrité diffèrent énormément en termes de causes et de trajectoires, ils sont liés à des conditions de groupe particulières avec une cohérence remarquable ».

Elle a consulté 23 experts en intégrité pour tenter d’identifier le comportement et les normes qu’ils s’attendraient à trouver dans les entreprises non éthiques. Les experts ont tous été exposés directement à des organisations scandaleuses en tant qu’enquêteurs, contrôleurs de la réglementation ou universitaires. Leurs réponses sont apparues clairement, identifiant cinq traits de la culture organisationnelle en corrélation avec les scandales éthiques :

Urgence et peur

À la suite de scandales de corruption, les dirigeants ont tendance à décrire les événements en termes de pression, de nécessité et de ce que l’entreprise devait faire pour « survivre ».

Cette perception des menaces concurrentielles existentielles peut justifier la création et le maintien d’incitations toxiques, et cela compromettra tous les efforts pour soulever des préoccupations légitimes et le signalement des inquiétudes.

Isolement

Les groupes et les équipes éloignés du siège social de l’organisme — que ce soit en géographie, en accès à l’information ou les deux — sont vulnérables.

Lorsqu’une équipe isolée (par accident ou par conception) est dirigée par un chef de file autoritaire et compétitif, une entreprise a créé les conditions de base pour la corruption. Les gens sont beaucoup plus influencés par leur environnement immédiat que par un code de conduite établi au sommet.

Fragmentation et déni plausible

Quand un scandale survient, il est fréquent que les dirigeants nient leurs connaissances personnelles. Parfois, ces explications creuses sont littéralement vraies, même si elles sont fondamentalement malhonnêtes.

Un dirigeant n’a pas besoin de signer personnellement un paiement de pots-de-vin pour être tenu responsable de la manière dont les employés ont été acculturés dans une organisation et quels comportements sont sanctionnés ou récompensés.

Toutefois, dans certaines situations la complexité organisationnelle, la responsabilité matricielle et le manque de clarté des rôles peuvent aider à alimenter et à justifier les conditions dans lesquelles chaque décision est jugée isolément et personne n’est tenu responsable.

Succès et impunité

Nous avons tendance à ne pas remettre en question le succès. Lorsqu’une équipe surpasse nettement ses pairs, elle développe une mystique qui sert à bloquer l’examen de la base de ce succès.

Les réputations des autres équipes en pâtissent, car leurs sous-performances sont jugées en comparaison avec celles qui réussissent à surpasser les attentes. Si le succès de l’équipe hautement performante a été atteint par des moyens contraires à l’éthique, une entreprise a créé ainsi une pente glissante par laquelle les conditions d’une sous-culture s’étendent aux autres.

Langage de groupes

Les humains ont besoin à la fois de cacher et de rationaliser les comportements contraires à l’éthique, ce qui conduit à l’utilisation généralisée de blagues et d’euphémismes en groupe.

Une terminologie riche se dégage pour décrire les pots-de-vin, des « cadeaux » et « commissions » aux « coûts pour faire des affaires », et aux « arrangements culturels »

Ces métaphores communes au groupe aident à rationaliser les gestes contraires à l’éthique et éloigner la responsabilité liée aux choix individuels de comportements.

Selon Mme Taylor, lorsqu’une ou plusieurs de ces conditions sont présentes, une équipe est sujette à des violations éthiques. Bien que les dirigeants se plaignent souvent de la difficulté de mesurer la culture d’entreprise, il est beaucoup plus facile de solliciter les commentaires des employés sur la culture et les normes de l’équipe que de leur demander de signaler des pratiques frauduleuses ou de dénoncer des malfaiteurs puissants.

Les sondages auprès des employés, les conversations et les groupes de discussion peuvent aider à comprendre ce qui se passe réellement dans les organisations, comment les valeurs et les signalements des inquiétudes sont pris au sérieux et quelles unités ou départements peuvent présenter les plus grands risques de manquements éthiques.

En matière d’éthique organisationnelle, les cultures contraires à l’éthique ont des similitudes :

  • Un manque de vision à moyen et long terme
  • Une manière irréfléchie et réactive de faire face aux stratégies d’affaires concurrentielles et à la pression
    • La croissance à tout prix
    • La fin justifie les moyens

Les groupes sont plus que la somme de leurs parties; nous savons que nous agissons différemment lorsque nous sommes dans une équipe (ou dans une foule). Et nos explications pour les scandales éthiques sont incomplètes sans que l’accent soit mis sur la dynamique de groupe.

La culture organisationnelle prend ses racines dans l’engagement éthique de la haute direction de l’organisme.

Une culture organisationnelle caractérisée par l’aveuglement volontaire, les incitations toxiques et les mécanismes qui détournent l’attention (diversions) encouragent ces comportements et ils se répliquent malgré les changements de leadership et les changements cosmétiques aux systèmes de gestion.

Une culture éthique est beaucoup plus difficile à maintenir qu’à détruire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *