Comment aider les entreprises délinquantes en matière de corruption

, , , , , ,

Vendredi 8 février, La Presse + publiait l’opinion d’Yves Boisvert concernant le dossier de SNC Lavalin et le lobbying de ses dirigeants auprès du gouvernement canadien pour pouvoir bénéficier des nouvelles dispositions du Code criminel concernant les ententes de réparation (voir notre article sur le sujet).

Je suis en parfait accord avec le propos d’Yves Boisvert concernant le fait que le gouvernement canadien devrait permettre à SNC Lavalin de bénéficier d’une entente de réparation. J’ai de la difficulté à réconcilier les objectifs des dispositions légales des ententes de réparation et la décision des procureurs du ministère fédéral de la Justice de ne pas accorder à SNC Lavalin ce que plusieurs grandes entreprises américaines (Walmart, Microsoft pour ne nommer que celles-là) ont obtenu de ministère de la Justice américain.

Les règles légales qui encadrent ces ententes de réparation sont les suivantes :

  • Accepter la responsabilité de ses méfaits et y mettre fin ;
  • Payer une pénalité financière ;
  • Renoncer à tout avantage tiré de ces méfaits ;
  • Mettre en place ou améliorer les mesures de conformité ;
  • Accorder une réparation aux victimes, y compris les victimes à l’étranger, selon ce qui convient.

Négocier et respecter une entente de réparation ne ressemble en aucun point à bénéficier d’un avantage indu ou d’une mesure complaisante pour les amis du pouvoir!

Ayant fait une carrière de plus de 50 ans dans le domaine de la sécurité publique et privée, je puis vous assurer qu’en ce qui a trait aux entreprises les accusations criminelles sont rarement la meilleure voie pour prévenir le manque d’éthique et la conformité à des pratiques d’affaires saines et transparentes.

Par ailleurs, je suis aussi d’avis que les dirigeants qui sont trouvés coupables de corruption doivent être sanctionnés de manière exemplaire par les tribunaux.

Quel est l’intérêt commun des Canadiens et des Québécois d’affaiblir un fleuron comme SNC Lavalin, au point de le rendre inéligible pendant des années pour des contrats gouvernementaux au Canada et dans le monde ?

Les conséquences sur l’économie du Canada et du Québec en particulier sont néfastes, surtout quand tous les Québécois ont investi dans cette entreprise par le biais de la Caisse de dépôt et placement.

De plus, il faut également prendre en considération qu’aujourd’hui, il existe des mesures internationalement reconnues destinées à prévenir, détecter et traiter la corruption par et dans les entreprises. En octobre 2016, l’ensemble des pays membres de l’Organisation de normes internationales (ISO) dont le Canada fait partie a adopté une norme pour bien encadrer les pratiques de management dans tous types d’organismes, qu’elles soient publiques ou privées.

La norme ISO 37001 « Systèmes de management anti-corruption » établie clairement les exigences que doivent respecter et appliquer les organismes qui souhaitent obtenir une certification en matière d’anti-corruption. La certification est accordée et renouvelée aux organismes après des audits par des auditeurs qualifiés et indépendants.

Plusieurs pays européens, asiatiques et américains ont posé des gestes concrets pour favoriser l’adoption par les entreprises de cette norme. Plus près de nous, le gouvernement du Québec a mis sur pied 5 projets pilotes concernant l’implantation de la norme dans des agences, des ministères et en milieu municipal.

Dans le cas de SNC Lavalin, il n’y a aucun gain collectif à faire tomber l’entreprise. Comme le dit si bien Yves Boisvert « Faire condamner les individus et faire payer l’entreprise sous strictes conditions : ça me semble la solution la plus équitable. »

Quoiqu’en matière de corruption le risque zéro n’existe pas, peu importe la suite des aspects légaux de cette saga, SNC Lavalin doit faire le nécessaire pour obtenir sa certification ISO 37001 pour redonner confiance à ses investisseurs, ses clients et les autorités gouvernementales.

Il n’est pas suffisant d’adopter un code d’éthique, l’entreprise doit se soumettre à des audits indépendants, rigoureux et fréquents pour rebâtir sa réputation.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *